mardi 28 février 2017

Lecture du soir Spurgeon 28-02-2017

28 Février-Soir 

La farine qui était dans le pot ne manqua pas, et l’huile qui était dans la cruche ne diminua point, selon la parole que l’Eternel avait prononcée par Elie. {#1Ki 17:16

Considère la fidélité de l’Amour Divin. Tu remarques que cette femme avait un besoin quotidien. Elle avait â se nourrir, elle et son fils au temps de la famine; et maintenant, en plus, le prophète Elie était aussi â nourrir. Mais bien que le besoin soit triple, la farine ne manqua pas car elle avait une réserve constante. Chaque jour, elle fit appel au baril, chaque jour il restait la même quantité. Toi, cher lecteur, tu as des besoins quotidiens et parce qu’ils reviennent si fréquemment, tu es capable de craindre que le baril de farine soit un jour vide et que la cruche d’huile fasse aussi défaut. Sois assuré que, selon la Parole de Dieu, ce ne sera pas le cas. Chaque jour, bien qu’il produise sa peine, produira aussi sa provision; et quand même que tu vivrais le nombre d’années de "Metushelah", et quand bien même tes besoins seraient aussi nombreux que le sable des plages, la grâce et la compassion de Dieu dureront pendant toutes tes nécessités, et jamais tu ne connaîtras de réelles disettes. Car trois années durant, dans les jours de la veuve, pas un nuage n’apparut dans les cieux, ni les étoiles ne versèrent une seule sainte larme de rosée sur la terre des méchants: famine, désolation, et mort firent monter de la terre un hurlement sauvage, mais cette femme jamais ne connut la faim, se réjouissant toujours dans l’abondance. Ainsi en sera-t-il pour toi, tu verras l’espérance du méchant périr, car il se confie dans sa propre force; tu verras l’orgueil de l’espoir du pharisien chanceler, car il bâtit son espérance sur le sable; tu verras même tes propres plans, soufflés, desséchés, mais tu trouveras refuge dans les rochers: "ton pain te sera donné, ton eau ne manquera point". Mieux vaut pour toi avoir Dieu pour gardien, que de posséder la banque de France. Tu pourrais dépenser les richesses des Indes, mais les richesses infinies de Dieu jamais ne s’épuiseront. 

Lecture du matin Spurgeon 28-02-2017

28 Février-Matin 

Car de Lui vient mon espérance. {#Ps 62:5

C’est le privilège du croyant d’user de telles paroles. S’il cherche quoi que ce soit de la part de ce monde, c’est une bien pauvre attente. Mais s’il s’attend â Dieu pour qu’il pourvoie â ses besoins, qu’ils soient temporels ou spirituels, son attente ne sera pas vaine. Il peut tirer en permanence â la banque de la foi, et voir ses besoins comblés par les richesses de la bonté de Dieu. Plutôt que tous les Rothschild, il vaut mieux que ce soit Dieu mon banquier. Mon Seigneur ne faillit jamais â Ses promesses lorsque nous les apportons â Son trône, Il ne les renvoie jamais sans réponse. Par conséquent j’attendrai devant une seule porte, la Sienne, car Il ouvre toujours avec une main pleine de grâce généreuse. C’est Lui que je vais solliciter encore pour ce temps-ci. Mais nous avons des "attentes" qui vont au delâ de cette vie. Bientôt nous mourrons et alors notre "attente" est en Lui. Ne nous attendons nous pas â ce qu’il envoie des anges pour nous porter dans Son sein lorsque nous serons sur un lit de maladie? Nous croyons que lorsque le pouls est faible, que le coeur bat lourdement, un messager angélique se tient â nos côtés pour chuchoter "âme soeur, viens" alors qu’Il pose sur nous son regard plein d’amour. En approchant des ports célestes, nous nous attendons â entendre l’invitation de bienvenue. "Viens, bénis de mon Père, hérite du royaume préparé pour toi dès la fondation du monde". Nous attendons des harpes d’or et des couronnes de gloire. Nous espérons nous trouver bientôt parmi la multitude de ceux qui brillent devant son trône. Nous appelons de nos voeux le temps où nous serons semblables â notre Seigneur glorieux car "nous le verrons comme Il est". Si telle est ton attente, alors, oh mon âme, vis pour Dieu. Vis avec le désir et la résolution de glorifier Celui de qui vient tout don, de la grâce duquel tu tires ton élection, ta rédemption, ton appel afin que tu tires toute ton "attente" de la gloire â venir. 

#Nu 34:1-35:34 * Lecture Biblique Quotidienne 

lundi 27 février 2017

Lecture du soir Spurgeon 27-02-2017

27 Février-Soir 

Et dont l’origine remonte aux temps anciens, Aux jours de l’éternité. {#Mic 5:2

Le Seigneur Jésus est intervenu pour son peuple comme son Représentant, son Médiateur devant le trône, longtemps avant que ce peuple n’apparaisse sur la scène du temps. C’était depuis l’Eternité qu’Il avait signé le contrat avec Son Père, qu’Il dut payer sang pour sang, souffrance pour souffrance, agonie pour agonie, mort pour mort, en faveur de son peuple; c’était depuis l’Eternité qu’Il se livra sans un murmure. Que depuis le sommet de Sa tête jusqu’â la plante du pied Il dut suer des grumeaux de sang, qu’Il dut recevoir des crachats, qu’Il fut percé, outragé, déchiré en deux, écrasé sous le poids de la douleur de la mort. Son intervention pour venir au devant de nous était prévue de toute éternité. O mon âme! Contemple ton bonheur: tu as un intercesseur en la personne de Jésus depuis l’Eternité! Le Seigneur ne t’a pas aimé seulement depuis que tu es au monde, mais Christ a aimé les fils des hommes avant qu’il y en eut un seul, avant leur création. Il pense â eux d’éternité en éternité; Il a déployé son affection envers eux. Quoi! Mon ami, S’est-il intéressé depuis si longtemps â ton salut pour ne pas l’accomplir? A-t-Il intercédé depuis l’Eternité pour me sauver, et me perdrait-Il maintenant? M’aurait-t-Il porté dans Ses mains, comme un joyau précieux, pour me laisser maintenant glisser entre Ses doigts? Il m’a choisi avant que les montagnes fussent nées et que les chenaux des profondeurs furent creusés et Il me rejettera maintenant? Impossible! Je suis sûr qu’Il ne m’aurait pas aimé depuis si longtemps si Son Amour n’avait été inaltérable. S’Il avait pu m’avoir en dégoût, Il se serait passé de moi depuis longtemps. S’Il ne m’avait pas aimé aussi profondément et aussi fort que la mort, Il se serait détourné de moi depuis longtemps déjâ. O Joie au dessus de toutes Joies, savoir que je suis sien, Son héritage inaltérable et éternel, qui Lui est donné par Son Père avant que la terre fut! L’Amour Eternel sera mon oreiller pour ma tête ce soir. 

Lecture du matin Spurgeon 27-02-2017

27 Février-Matin 

Car tu es mon refuge, ô Eternel! Tu fais du Très-Haut ta retraite. {#Ps 91:9

Les Israélites dans le désert étaient sans cesse confrontés au changement. Chaque fois que la colonne de nuée suspendait son mouvement, les tentes étaient plantées. Mais le lendemain, avant le lever du soleil, la trompette sonnait, l’arche se mettait en route et la nuée de feu montrait le chemin entre les défilés étroits de la montagne, â flanc de coteau ou dans les étendues arides du désert. A peine avaient-ils le temps de se reposer un peu qu’ils entendaient "en route! Ce n’est pas jour de repos. Il vous faut encore voyager en direction de Canaan". Ils ne restaient jamais longtemps â un endroit. Même le puits et les palmiers ne pouvaient les retenir. Ils avaient pourtant une maison d’habitation dans leur Dieu, Sa colonne de nuée leur était comme un toit pour eux, Sa flamme, la nuit, comme leur âtre. Ils devaient avancer, de lieu en lieu, changer sans cesse, sans s’installer jamais et dire "maintenant nous sommes en sécurité. Nous demeurerons en cet endroit. Moïse dit pourtant "Bien qu’en perpétuel mouvement, tu as été notre demeure â chaque génération, Seigneur". Le croyant ne connaît pas de changement en rapport avec Dieu. Il peut être riche aujourd’hui et pauvre demain, malade aujourd’hui et bien demain, heureux aujourd’hui et en détresse demain, mais il n’y a pas de changement en ce qui concerne sa relation avec Dieu. Si Il m’a aimé hier, Il m’aime aujourd’hui. Ma demeure fixe de repos est mon Seigneur Béni. Mes perspectives peuvent être ternies, mes espoirs anéantis, ma joie flétrie, tout peut être détruit par la rouille, mais je n’ai rien perdu de ce que j’ai en Dieu. J’ai mon lieu fort auquel je peux avoir constamment recours. J’erre dans le monde, mais en Dieu j’habite en paix. 

#Nu 32:1-33:56 * Lecture Biblique Quotidienne 

dimanche 26 février 2017

Lecture du soir Spurgeon 26-02-2017

26 Février-Soir 

et quand il aura vu que la lèpre couvre tout le corps, il déclarera pur celui qui a la plaie: comme il est entièrement devenu blanc, il est pur. {#Le 13:13

Cette loi nous paraît bien étrange; et pourtant il y a beaucoup de sagesse en elle, car chasser la maladie prouvait que la constitution était saine. Ce soir il peut être bon pour nous de considérer l’enseignement typique d’une règle si singulière. Nous aussi nous sommes lépreux, et pouvons lire Sa loi sur la lèpre en l’appliquant â nous-mêmes. Quand un homme se regarde comme étant entièrement perdu et ruiné, couvert totalement par la souillure du péché, et n’y trouvant aucune partie en bonne santé; quand il se déclare comme n’étant ni juste ni droit par lui-même, et plaide coupable devant Dieu Le Seigneur, alors il est pur â travers le Sang de Jésus, et la grâce de Dieu. Cachée, non ressentie, non confessée, l’iniquité est la véritable lèpre; mais quand le péché est discerné, ressenti, il a alors reçu son coup mortel et le Seigneur regarde avec compassion l’âme affligée ainsi par le péché. Rien n’est plus mortel que la propre justice, ou rien ne porte plus d’espérance que la contrition. Nous devons confesser que nous ne sommes rien d’autre que péché, car c’est une vérité, et si le Saint-Esprit est â l’oeuvre en nous convaincant de péché, il n’y aura aucune difficulté pour nous de reconnaître cet état. Notre confession jaillira spontanément de nos lèvres. La Parole contient toute la consolation nécessaire au réveil des pécheurs; la circonstance qui précisément les a autant découragés et attristés est ici tournée en un signe, un symptôme d’un état d’espérance!  Le dépouillement vient avant le revêtement; creuser profondément pour les fondations est la première chose â faire pour bâtir, et une totale conviction de péché est l’oeuvre primordiale de la grâce dans le coeur. O toi pauvre pécheur lépreux, complètement dépourvu de saine conception, prends â coeur la Parole et viens â Jésus tel que tu es. Et que nos dettes soient ce qu’elles doivent être, cependant grande ou petite, aussitôt que nous n’avons rien pour payer, notre Seigneur nous pardonne tout. Cette parfaite pauvreté seule donne â notre âme de la noblesse; tandis que l’obole que nous voudrions "faire valoir" ne nous procure pas une totale décharge de notre faute. 

Lecture du matin Spurgeon 26-02-2017

26 Février-Matin 

Le salut vient de l’Eternel.  {#Jon 2:9

La délivrance est l’oeuvre de Dieu. Il est le seul â pouvoir vivifier l’âme qui est "morte dans ses fautes et ses péchés" et c’est lui aussi qui maintient l’âme dans sa vie spirituelle. "La délivrance est de l’Eternel". Si je m’abandonne â la prière, c’est Dieu qui le rend possible. Si je possède des dons de grâce, ils viennent de Dieu. Si je mène une vie conséquente, c’est parce qu’il me tient dans Sa main. Je ne fais absolument rien pour ma propre préservation sinon ce que Dieu fait d’abord en moi. C’est du Seigneur seul que provient ma bonté ou tout ce que j’ai. Lorsque je pèche, cela vient de moi mais lorsque j’agis justement cela vient de Dieu, complètement, entièrement. Si j’ai repoussé un ennemi spirituel c’est la force du Seigneur qui a mû mon bras. Est-ce que je vis devant les hommes une vie consacrée? Ce n’est pas moi, c’est Christ qui vit en moi. Suis-je sanctifié? Je ne me suis pas purifié moi-même: c’est l’Esprit de Dieu qui me sanctifie. Suis-je détaché du monde? C’est grâce â la discipline de Dieu pour mon bien. Est-ce que je croîs en connaissance? C’est le Grand Maître qui m’enseigne. Tous mes joyaux ont été façonnés par l’art céleste. Je trouve en Dieu tout ce dont j’ai besoin. Je ne trouve en moi que misère et péché. "Lui seul est mon rocher et mon salut". Est-ce que je me nourris de la Parole? Cette Parole ne serait pas nourriture pour moi si le Seigneur ne la faisait nourriture pour mon âme et ne m’aidait â m’en nourrir. Est-ce que je vis de la manne qui descend du ciel? Qu’est cette manne sinon l’incarnation de Jésus-Christ lui-même, dont je mange la chair et je bois le sang? Est-ce que je reçois constamment des forces nouvelles? D’où est-ce que je tire ma puissance? Ton secours vient des collines du ciel. Sans Jésus, je ne puis rien faire. Comme une branche qui ne peut produire de fruit sauf â être attachée au cep, il en va de même pour moi sauf â demeurer en Lui. Ce que Jonas a appris dans les profondeurs, que je puisse l’apprendre ce matin dans ma méditation: "La délivrance est de l’Eternel" 

#Nu 30:1-31:54 * Lecture Biblique Quotidienne 

samedi 25 février 2017

Lecture du soir Spurgeon 25-02-2017

25 Février-Soir 

Et Jonas se leva pour s’enfuir â Tarsis, loin de la face de l’Eternel. Il descendit â Japho, {#Jon 1:3

Au lieu d’aller â Ninive pour prêcher la bonne Parole comme Dieu le lui ordonna, Jonas méprisa l’oeuvre et descendit â Japho pour échapper au devoir. Mais quelle en est la conséquence?  Que perdit Jonas pour cette conduite? Il perdit la présence et l’assurance de la joie de l’Amour de Dieu. Quand nous servons le Seigneur Jésus comme les croyants devraient le faire, notre Dieu est avec nous; et quand bien même le monde entier serait contre nous, si Dieu est avec nous, quelle importance? Mais au moment où nous nous rétractons et cherchons des excuses, nous sommes en mer sans pilote. Alors, nous pouvons nous lamenter et gémir, O mon Dieu où es-tu parti? Comment ai-je pu être aussi fou au point d’éviter Ton service et de cette manière perdre toute la vue de la Lumière de Ta Face? C’est un prix trop élevé. Permets-moi de revenir â Ton obéissance afin que je puisse me réjouir en Ta présence. Dans le prochain lieu, Jonas perdit toute paix d’esprit. Le péché a bientôt détruit la consolation du croyant. C’est le poison du haut de l’arbre duquel les feuilles distillent leurs retombées de mort, ce poison qui détruit une vie de joie et de paix. Jonas perdit tout ce qui aurait pu être pour lui une source de consolation dans d’autres cas. Il n’a pas pu plaider la promesse de la protection divine car il n’était pas dans la voie de Dieu. Il ne pouvait pas dire "Seigneur je suis â même d’affronter ces difficultés en échange de mon devoir, donc aide moi â les traverser." Il était en train de moissonner ses propres semences; il était rempli de ses voies. Chrétien, ne joue pas "â Jonas" â moins que tu veuilles avoir toutes les vagues te submerger. Tu découvriras tout au long de ta course qu’il est plus difficile d’éviter l’oeuvre et la volonté de Dieu que d’y céder toi-même tout de suite. Jonas perdit son temps car il a quand même été â Tarsis. Il est dur de lutter avec Dieu; puissions-nous céder tout de suite. 

Lecture du matin Spurgeon 25-02-2017

25 Février-Matin 

La colère â venir. {#Mt 3:7

Il est agréable de parcourir la campagne après le passage d’un orage. De respirer la fraîcheur de l’herbe quand la pluie a cessé, d’observer les gouttes qui brillent au soleil comme les plus purs diamants. Telle est la position du chrétien. Il traverse un pays où l’orage s’est déversé sur la tête du Sauveur, et si quelques gouttes de tristesse tombent encore, elles proviennent des nuages de miséricorde et Jésus le réconforte en l’assurant que ce n’est pas pour sa destruction. Mais comme il est terrible d’assister â l’approche d’une tempête. On en remarque les signes précurseurs: Les oiseaux du ciel qui laissent tomber leurs ailes, le bétail qui, effrayé, baisse la tête, le ciel qui s’assombrit, le soleil qui cesse de briller, les cieux qui grondent et menacent! Comme il est terrible d’attendre l’avance redoutée d’un ouragan comme cela se produit parfois sous les tropiques, d’attendre avec angoisse le déchaînement du vent qui déracine avec furie les arbres et arrache les rochers â leurs socles et dévaste les habitations des hommes. Telle est pourtant, pécheur, ta position actuelle. Aucune goutte chaude n’est encore tombée, mais un déluge de feu s’approche. Le vent ne mugit pas autour de toi, mais la tempête de Dieu assemble son artillerie redoutable. Les eaux du déluge sont retenues par miséricorde, mais les écluses vont bientôt s’ouvrir: Les tonnerres de Dieu sont encore tenus en réserve, mais voici la tempête s’approche rapidement. Quel moment terrible lorsque Dieu s’avancera drapé de vengeance. Où, dis-moi où, pécheur, tu te cacheras, où t’enfuiras-tu? Que la main de miséricorde te conduise maintenant â Christ! Il est placé librement devant toi par l’Evangile. Son côté percé est le rocher qui abrite. Tu sais que tu en as besoin. Crois en Lui, jette toi sur Lui et la colère aura disparu pour toujours. 

#Nu 28:1-29:40 * Lecture Biblique Quotidienne 

vendredi 24 février 2017

Lecture du soir Spurgeon 24-02-2017

24 Février-Soir 

Alors l’ange de l’Eternel prit la parole et dit: Eternel des armées, jusques â quand n’auras-tu pas compassion de Jérusalem et des villes de Juda, contre lesquelles tu es irrité depuis soixante-dix ans? L’Eternel répondit par de bonnes paroles, par des paroles de consolation, â l’ange qui parlait avec moi. {#Zec 1:12-13

Quelle douce réponse pour une question d’anxiété! Cette nuit réjouissons-nous en Lui. O Sion, il y a de bonnes choses en réserve pour toi. Ton temps et ta peine prendront bientôt fin. Tes enfants seront ramenés, ta captivité prendra fin. Supporte patiemment la houlette une saison encore et dans les ténèbres, confies-toi en Dieu car Son Amour brûle â ton égard. Dieu aime l’Eglise d’un amour trop profond pour l’imagination de l’homme. Il aime avec Son Coeur â l’infini. C’est pourquoi ses fils doivent prendre bon courage. L’Eglise ne peut pas vivre dans l’indigence, elle â qui Dieu a fait entendre de bonnes paroles, des paroles de consolation. Que veulent dire ces paroles de consolation du prophète rapportées plus loin:"Je suis jaloux pour Jérusalem et pour Sion d’une grande jalousie."? Le Seigneur aime tellement Son Eglise qu’Il ne peut supporter qu’elle s’égare avec d’autres... et, quand elle s’est ainsi conduite, Il ne peut accepter qu’elle souffre trop longtemps ou trop durement. Il ne veut pas voir ses ennemis l’affliger. C’est avec déplaisir qu’il les voit augmenter sa douleur. Quand Dieu semble le plus abandonner Son Eglise, Son Coeur est chaud envers elle. L’histoire montre qu’â chaque fois que Dieu use de Sa verge pour châtier ses serviteurs, il la brise toujours après coup, car il répugne â faire mal â ses enfants. Comme un père qui a pitié de ses enfants, ainsi le Seigneur a pitié de ceux qui le craignent. Dieu ne nous a pas oublié parce qu’il frappe. Ses coups ne mettent-t-ils pas en évidence son désir d’aimer? Si ceci est vrai pour l’Eglise collectivement, c’est aussi nécessairement vrai sur le plan individuel, pour chaque membre. Tu peux penser qu’il t’a laissé pour compte, mais il n’en est pas ainsi. Celui qui compte les étoiles et les appellent toutes par leur nom, pas de danger qu’Il oublie Ses propres enfants. Il connaît absolument chaque cas comme s’il n’eut qu’un seul enfant, comme si tu étais l’unique créature qu’il eut faite, ou le seul saint qu’il ait jamais aimé. Approches-toi de Lui et sois en paix. 

Lecture du matin Spurgeon 24-02-2017

24 Février-Matin 

J’enverrai la pluie en son temps, et ce sera une pluie de bénédictions {#Eze 34:26

Voici la "grâce souveraine". Je ferai tomber la pluie en son temps. N’est-ce pas la grâce souverainement divine?  En effet, qui, sinon Dieu peut dire "Je ferai tomber la pluie"? Seule une voix peut s’adresser aux nuages pour leur ordonner d’engendrer la pluie. Qui envoie la pluie sur la terre? Qui répand les ondées sur l’herbe verte? N’est-ce pas Moi, le Seigneur? Ainsi la grâce est un don de Dieu, elle ne peut être créée par l’homme. C’est une grâce "désirée". Que ferait le sol sans pluie? Vous pouvez casser les mottes, semer les graines, mais que pouvez-vous faire s’il ne pleut pas? La bénédiction divine est absolument nécessaire. Vous vous échinez en vain jusqu’â ce que Dieu accorde l’ondée généreuse qui apporte le salut. C’est alors l’abondante grâce. "Je leur enverrai des pluies". Il n’est pas écrit des gouttes mais des pluies. Il en va ainsi de la grâce. Si Dieu envoie une bénédiction, il le fait généralement dans une telle mesure qu’il n’y a pas assez de place pour la recevoir. Grâce abondante! Nous avons besoin d’une abondance de grâce pour nous garder humbles dans la prière, saints. Une abondance de grâce pour nous rendre zélés, pour nous garder dans cette vie et nous déposer enfin au Ciel.  Nous ne pouvons faire sans les ondées de grâce. Et puis, c’est une grâce de saison: "Je ferai tomber la pluie en son temps".  Comment ta saison est-elle ce matin? Est-ce la saison de la sécheresse? Alors c’est la saison de la pluie. Est-ce une saison de grande pesanteur, de nuages noirs? Alors c’est la saison de la pluie. "Comme tes jours ainsi sera ta force". Et voici une bénédiction "variée". Ce seront des pluies de bénédictions. Le mot est au pluriel. Dieu nous enverra toutes sortes de bénédictions. Toutes les bénédictions de Dieu vont ensemble comme les anneaux d’une chaîne en or. S’Il donne une grâce de conversion, il donnera aussi un geste de réconfort. Il donnera des pluies de bénédictions. Lève les yeux, plante desséchée, ouvre tes feuilles et tes fleurs â l’arrosage céleste. 

#Nu 26:1-27:23 * Lecture Biblique Quotidienne 

jeudi 23 février 2017

Lecture du soir Spurgeon 23-02-2017

23 Février-Soir 

Puis viens, et suis-moi. (Louis Segond) 

Prends ta croix et suis-moi (Darby)  {#Mr 10:21

Vous n’êtes pas le réalisateur de votre propre croix, quoique l’incrédulité est, en la matière, maître charpentier pour faire des croix. Il ne vous est pas davantage permis de choisir votre croix; cependant votre volonté désire être le seigneur et le maître, mais votre croix est préparée et ajustée pour vous par l’Amour Divin. Vous êtes chaleureusement invité â l’accepter. Vous devez prendre votre croix comme insigne et fardeau et non â chicaner avec elle. Cette nuit Jésus vous ordonne de soumettre votre épaule â son joug facile. Ne regarde pas cette croix avec mauvaise humeur, ne la foule pas aux pieds en vaine gloire, ne t’affaisse pas sous le poids du désespoir, ne t’en éloigne pas dans la crainte mais prends-la comme un vrai disciple de Jésus. Jésus était un porteur de la croix. Il montre le chemin dans le sentier de la douleur. Vous ne pouvez pas désirer un meilleur guide et, s’il a porté sa croix, quel fardeau plus noble pourriez-vous désirer? Le "via crucis" est le chemin de la sûreté. Ne crains pas de fouler ses sentiers épineux. 

Bien-aimés, la croix n’est pas faite de plumes ou cousue de velours. Elle écorche les épaules désobéissantes, rebelles, mais elle n’est pas de fer. Quoique vos craintes l’aient dépeinte de fer elle est de bois et un homme peut la porter. L’homme de douleur a éprouvé la charge. Prends ta croix et, par la puissance de l’Esprit de Dieu, tu deviendras Son ami afin que, comme Moïse, tu ne veuilles pas échanger l’opprobre de Christ pour tous les trésors de l’Egypte. Souviens-toi que Jésus l’a portée et elle aura un doux contact. Souviens-toi que, bientôt, elle sera suivie de la couronne et la pensée de la gloire â venir rendra plus léger le poids de l’épreuve d’aujourd’hui. Le Seigneur t’aide â fléchir ton esprit â la soumission de la Divine Volonté avant que tu tombes endormi cette nuit. Ainsi, te réveillant avec le soleil demain, tu pourras aller de l’avant pour un nouveau jour de croix; le disciple du crucifié sera devenu Saint et soumis â l’Esprit. 

Lecture du matin Spurgeon 23-02-2017

23 Février-Matin 

Je ne te laisserai point {#Heb 13:5)

Aucune promesse n’est d’une interprétation particulière. Tout ce que Dieu a dit â l’un, il l’a dit â tous. Lorsqu’il ouvre un puits â l’un, c’est afin que tous boivent. Lorsqu’il ouvre la porte d’un grenier pour donner de la nourriture, il se peut que ce soit pour nourrir un affamé, mais tous les saints qui ont faim peuvent venir et se nourrir aussi. Qu’il ait donné la Parole â Abraham ou â Moïse importe peu, oh croyant: Il te l’a donnée â toi en tant qu’appartenant â la semence de l’alliance. Aucune bénédiction n’est trop élevée pour toi, aucune grâce trop grande. Lève maintenant tes yeux vers le nord et vers le midi, â l’orient et â l’occident, car tout t’appartient. Monte au sommet du Pisga et contemple les limites les plus reculées de la promesse divine, tout le pays t’appartient. Il n’est aucun ruisseau d’eau vive auquel tu ne puisses boire. Lâ le pays ruisselle de lait et de miel, mange le miel, bois le lait car tous deux t’appartiennent. Sois audacieux pour croire car Il a dit "Je ne te laisserai pas, je ne t’abandonnerai pas". Dans cette promesse, Dieu donne tout â son peuple. "Je" ne te laisserai pas. Ainsi, aucun attribut de Dieu ne peut cesser d’être â notre service. Est-il puissant? Il se montrera puissant envers ceux qui lui font confiance. Est-il amour? Alors Sa miséricorde s’étendra sur nous en amour. Quelque attribut qui forme le caractère de la Déïté, chacun d’eux sera engagé â notre côté dans sa pleine démesure. Pour tout dire, il n’y a rien dont vous pouvez avoir besoin pour le temps ou l’éternité, rien de vivant ou de mort, rien dans ce monde, rien dans l’autre monde, rien maintenant, rien au jour de la résurrection, rien dans le ciel qui ne soit contenu dans ce texte: "Je ne te laisserai point, je ne t’abandonnerai point". 

#Nu 23:1-25:18 * Lecture Biblique Quotidienne 

mercredi 22 février 2017

Lecture du soir Spurgeon 22-02-2017

22 Février-Soir 

L’Eternel est lent â la colère, il est grand par sa force; {#Na 1:3)} 

L’Eternel "est lent â la colère". Lorsque la miséricorde vient dans le monde elle conduit un char ailé, le moyeu des roues du chariot sont rouges par la chaleur de la vitesse; mais quand la colère se montre, elle vient â pas lents, car Dieu ne prend pas plaisir dans la mort du pécheur. La houlette de la miséricorde de Dieu est toujours étendue dans Ses mains. L’épée de Sa justice est dans son fourreau, retenue par cette main percée de l’amour de Dieu qui saigna pour les péchés des hommes. "Le Seigneur est lent â la colère" parce qu’il est grand en puissance. Il est vraiment grand en puissance qui a pouvoir sur Lui-même. Quand la puissance de Dieu le retient Lui-même, alors c’est la véritable puissance. La puissance qui courbe l’omnipotence est plus que l’omnipotence. Un homme qui a un esprit fort peut supporter d’être insulté inlassablement, et il réagit â l’erreur seulement lorsqu’une notion de droit exige son action. Le faible d’esprit est irrité par peu de chose. Le fort d’esprit supporte comme un rocher immuable, même si un millier de vagues déferlent sur lui et jettent leur misérable malice comme un nuage sur son sommet. Dieu repère ses ennemis, et encore il ne s’empresse pas, mais il contient Sa colère. S’il était moins divin qu’il ne l’est, Il aurait depuis longtemps déjâ envoyé toute l’ardeur de Ses tonnerres, et vidé tous les entrepôts du Ciel. Il aurait depuis longtemps ruiné, soufflé la terre par de terribles feux jusque dans ses profondeurs, et l’homme eut été complètement détruit. Mais la grandeur de Sa puissance nous apporte la miséricorde. Cher lecteur, quel est ton état ce soir? Peux-tu jeter sur Jésus l’humble regard de la foi? Et dire: mon substitut, tu es mon rocher, ma confiance? Alors bien-aimé, ne sois point effrayé par la Puissance de Dieu, car par la foi tu as fui vers Christ pour trouver refuge. La Puissance de Dieu ne doit pas plus te terrifier que le bouclier et l’épée du guerrier ne doivent terrifier ceux qu’il aime, plutôt réjouis-toi dans Celui qui est grand en Puissance, qui est ton Père et ton Ami. 

Lecture du matin Spurgeon 22-02-2017

22 Février-Matin 

Mais son arc est demeuré ferme et ses mains ont été fortifiées par les mains du puissant de Jacob. {#Ge 49:24

La force que Dieu donne â Ses Joseph est la force authentique. Ce n’est pas une valeur dont on se targue, une fiction, une chose dont les hommes parlent et qui disparaît en fumée. Il s’agit de la "vraie puissance divine". Pourquoi Joseph résiste-t-il â la tentation? Parce qu’il reçoit de l’aide de la part de Dieu. Nous ne pouvons rien faire sans la puissance de Dieu. Toute vraie force vient du "Dieu puissant de Jacob". Remarquez la manière familière et bénie avec laquelle Dieu communique sa force â Joseph: "Les bras et ses mains sont fortifiés par les mains du Puissant de Jacob". Dieu est donc représenté comme plaçant Ses mains sur celles de Joseph, Ses bras sur ceux de Joseph. Comme un père enseigne ses enfants, ainsi Dieu enseigne-t-il ceux qui le craignent. Il met Son bras sur eux. Merveilleuse condescendance. Le Dieu Tout Puissant, Eternel, Omnipotent, descend de son trône et pose Sa main sur celle de Son enfant, étendant Son bras sur le bras de Joseph afin de le fortifier. La force est attribuée au "Dieu puissant de Jacob": Elle est donc la force de l’alliance. Eh bien, chaque fois que dans la Bible vous rencontrez l’expression "Dieu de Jacob" vous devez vous souvenir de l’alliance avec Jacob. Les Chrétiens aiment â penser â l’alliance de Dieu. Toute la puissance, la grâce, toutes les bénédictions, les miséricordes, les encouragements, toutes choses que nous avons, coulent vers nous de la Source au travers de l’alliance. S’il n’y avait pas d’alliance nous irions au devant de l’échec. Car toute grâce en découle comme la lumière et la chaleur viennent du soleil. Si les anges montent et descendent, c’est sur l’échelle que Jacob a vue au sommet de laquelle se trouve un Dieu d’alliance. Chrétien, peut-être les archers t’ont-ils touché, durement blessé, mais ton arc demeure ferme. Veille donc â ce que la gloire en soit rendue au Dieu  de Jacob. 

#Nu 21:1-22:41 * Lecture Biblique Quotidienne 

mardi 21 février 2017

Lecture du soir Spurgeon 21-02-2017

21 Février-Soir 

Philippe accourut, et entendit l’Ethiopien qui lisait le prophète Esaïe. Il lui dit: Comprends-tu ce que tu lis?  {#Ac 8:30

Nous serions capables d’enseigner les autres, et moins sujets â être emportés â tout vent de doctrine, si nous cherchions â avoir plus d’intelligence, de compréhension de la Parole de Dieu. Comme le Saint-Esprit, l’Auteur des Ecritures, est celui lâ seul qui peut nous éclairer correctement pour les comprendre, nous devrions constamment lui demander de nous enseigner, et de nous diriger dans toute la vérité. Quand le prophète Daniel voulut interpréter le songe de Nebucadnetsar, que fit-il? Il se remit â prier ardemment afin que Dieu lui révèle la vision. L’apôtre Jean, dans sa vision â Patmos, vit un livre scellé de sept sceaux dont personne ne fut trouvé pour les rompre ni les regarder. Le livre fut ouvert ensuite par le lion de la tribu de Juda qui vainquit pour l’ouvrir; mais il est écrit d’abord "je pleurais beaucoup". Les larmes de Jean qui étaient en quelque sorte des prières, furent, pour ce qui le concernait, la clé sacrée par laquelle le livre scellé fut ouvert. Si, pour votre gouverne personnelle et pour le profit des autres, vous désirez être rempli de la connaissance de la Volonté de Dieu dans toute la sagesse spirituelle de la compréhension, souvenez-vous que la prière est votre meilleur moyen d’étudier. Comme Daniel vous comprendrez le songe et son interprétation, quand vous aurez cherché Dieu et, comme Jean, vous verrez les sept sceaux de la précieuse vérité libérés après que vous aurez pleuré beaucoup. Les pierres ne sont brisées que par une ardente utilisation du marteau; et le briseur de pierres devra se mettre â genoux. Utilisez le marteau de la diligence, et que les genoux de la prière soient exercés; et il n’y a aucun passage de l’Ecriture qui ne vous restera incompréhensible si vous l’étudiez avec les brisements et l’exercice de la prière de la foi. Vous pouvez forcer votre voie â travers chaque chose avec le levier de la prière. Les pensées et les raisonnements sont comme un coin d’acier qui résiste â la vérité. Mais la prière est le levier, le prix qui fait céder les poitrines de fer du sacré mystère, afin que nous puissions découvrir le trésor qui est caché â l’intérieur. 

Lecture du matin Spurgeon 21-02-2017

21 Février-Matin 

Lui-même a dit {#Heb 12:5

Si nous saisissons ces paroles par la foi, nous possédons alors l’arme de toutes les conquêtes dans notre main. Quel doute résistera â cette épée â deux tranchants? Quelle crainte ne sera frappée de blessure mortelle par la flèche de l’arc de l’alliance de Dieu? Les détresses de la vie, les affres de la mort, les corruptions au dedans, les pièges au dehors, les épreuves d’en haut, les tentations d’en bas, tout n’est que légère affliction quand nous nous abritons derrière le rempart de cette parole: "Lui-même a dit". Que ce soit pour notre délice au sein de notre quiétude, ou pour notre force au sein du conflit, ce "Lui-même a dit" doit être notre recours quotidien. Et puis, ceci est â même de nous faire découvrir l’extrême richesse qu’il y a â sonder les Ecritures. Peut-être y-a-t’il une promesse dans la Parole qui correspond exactement â notre cas. Mais si vous ne la connaissez pas, vous en manquerez le réconfort. Vous êtes comme prisonnier d’une forteresse alors que l’une des clefs du trousseau pourrait ouvrir la porte et vous libérer. Mais si vous ne la cherchez pas il se peut que vous restiez prisonnier, alors que la liberté est si proche. Il y a dans la grande pharmacopée de l’Ecriture un puissant médicament, mais â moins d’examiner et de sonder les Ecritures pour découvrir "ce que Lui-même a dit" il se peut que vous continuiez â être malade. Et puis, en lisant la Bible, ne devriez-vous pas richement meubler votre mémoire des promesses de Dieu? Vous pouvez vous souvenir des paroles des grands hommes, chérir des versets d’illustres poètes. Ne vous faudrait-il pas approfondir votre connaissance des Paroles de Dieu afin de pouvoir les citer pour résoudre une difficulté ou rejeter un doute? Puisque "Il a dit" est la source de toute sagesse et la fontaine de tout réconfort, que cette parole habite richement en vous comme une "fontaine d’eau jaillissant en vie éternelle". C’est ainsi que vous croîtrez en santé, en force et en joie dans la vie divine. 

#Nu 19:1-20:29 * Lecture Biblique Quotidienne 

lundi 20 février 2017

Lecture du soir Spurgeon 20-02-2017

20 Février-Soir 

Alors Jésus fut emmené par l’Esprit dans le désert, pour être tenté par le diable. {#Mt 4:1

Un caractère saint ne se détourne pas de la tentation. Jésus fut tenté. Quand Satan nous tente, ses flèches enflammées tombent sur l’amadou; mais dans le cas de Christ c’était comme lancer des traits enflammés sur l’eau; et pourtant l’ennemi continue son oeuvre mauvaise. Et donc, si le diable continue d’attaquer quand il n’y a pas de résultat, combien plus il le fera quand il sait de quelle matière inflammable nos coeurs sont faits. Même si vous devenez hautement sanctifié par le Saint-Esprit, attendez-vous â ce que le chien de l’enfer aboie encore contre vous. En tant qu’hommes nous devons nous attendre a être tentés; mais même la solitude ne nous gardera pas de cette sorte d’épreuve. Jésus-Christ fut conduit â l’écart de la société dans le désert et fut tenté par le diable. La solitude a ses charmes et ses bienfaits, et peut être utile dans le contrôle de la convoitise des yeux et l’orgueil de la vie, mais le diable nous suivra dans les retraites les plus intimes. Ne supposez pas que seuls les gens du monde ont des pensées épouvantables et des tentations blasphématoires, car même les personnes spirituelles endurent les mêmes choses. Et dans la position la plus élevée de la sainteté nous devrons supporter les tentations les plus obscures. La suprême consécration de notre esprit ne nous garantira pas contre la tentation satanique. Christ était on ne peut plus consacré. Sa nourriture était de faire la Volonté de Celui qui l’avait envoyé; et pourtant il fut tenté! Vos coeurs peuvent brûler d’une flamme de séraphin d’amour pour Jésus, et pourtant le malin essaiera de vous conduire dans une tiédeur Laodicéenne. Si vous demandez: quand Dieu me permettra-t-il de me dépouiller de mon armure? Je vous répondrai quand Satan abandonnera son projet de vous tenter. Comme dans les combats d’autrefois, en temps de guerre, nous devons dormir avec notre casque et notre armure bouclée, car l’archange séducteur saisira notre première heure de relâchement pour faire de nous sa proie. Le Seigneur nous garde, veillant en toute saison, et nous ouvre l’issue finale pour échapper â la gueule du lion et â la patte de l’ours. 

Lecture du matin Spurgeon 20-02-2017

20 Février-Matin 

Dieu, qui console ceux qui sont abattus {#2Co 7:6

Qui console comme lui? Allez voir un pauvre enfant de Dieu triste et déprimé; parlez-lui des douces promesses; soufflez â son oreille des mots choisis de réconfort; il est comme la vipère qui n’entend pas la voix du charmeur, aussi exquis qu’en puisse être le charme. Il est en train de boire du fiel et de l’armoise et vos encouragements, aussi bons soient-ils, n’auront pour écho qu’une ou deux notes de résignation lugubre. Vous ne lui ferez exprimer ni psaume de louange, ni Alléluia, ni chant joyeux. Mais que Dieu s’approche de Son enfant, qu’il relève son visage, et les yeux de celui qui se lamentait se mettent â briller d’espoir. Ne l’entendez vous pas chanter 

   Si tu es ici, c’est le Paradis
   Si tu disparais, c’est l’enfer.

Vous n’avez pas réussi â le réconforter, mais le Seigneur l’a fait. "Tel est le Dieu de toute consolation". Il n’y a pas de baume en Galaad, mais il y en a en Dieu. Il n’y a pas de médecin parmi les créatures, mais le Créateur est Jéhovah Raphé. Il est merveilleux qu’une seule parole douce de Dieu devienne des chants pour les Chrétiens. Une parole de Dieu, c’est comme un morceau d’os que le Chrétien frappe pour en faire sortir des promesses pendant des semaines entières. Ainsi, pauvre Chrétien, il est inutile de rester prostré dans le désespoir. Va vers le consolateur et réclame de lui la consolation. Tu es une pauvre citerne crevassée. Tu as entendu dire que lorsqu’une pompe est sèche, il faut d’abord y verser de l’eau pour en tirer ensuite. De même, chrétien, lorsque tu es sec, approche-toi de Dieu et demande lui de répandre la joie dans ton coeur. Alors seulement ta joie sera complète. Ne te rends pas chez tes connaissances terrestres qui seront comme les amis de Job. Mais cours tout d’abord vers "ton Dieu qui console ceux qui sont abaissés" et tu diras bientôt: "Ton soutien ravit mon âme dans la multitude de mes pensées". 

#Nu 16:1-18:32 * Lecture Biblique Quotidienne 

dimanche 19 février 2017

Lecture du soir Spurgeon 19-02-2017

19 Février-Soir 

Ce fut lui qui rencontra le premier son frère Simon, et il lui dit: Nous avons trouvé le Messie (ce qui signifie Christ). {#Joh 1:41

Ce cas est un excellent modèle de tous les cas où une vie spirituelle est vigoureuse, aussitôt qu’un homme a trouvé Christ, il commence â rencontrer d’autres hommes. Je ne peux pas croire que tu as goûté au miel de l’Evangile et que tu veuilles le manger tout seul, en égoïste. La vraie grâce met fin au monopole spirituel, "André d’abord trouva son propre frère Simon", et ensuite d’autres. La parenté a un puissant impact sur notre premier effort individuel. André tu fis bien de commencer avec Simon. Je pense que lâ où quelques chrétiens distribuent des tracts dans d’autres maisons, ils feraient bien de distribuer ces tracts parmi leur entourage. Certains se sont engagés dans une oeuvre certes utile â l’étranger, mais ils négligent leur sphère spéciale et leur propre maison. Tu peux ou tu ne peux pas être appelé â évangéliser la foule dans une localité particulière, mais certainement tu es appelé â t’occuper de ton entourage, tes propres parents et tes connaissances. Que ta religion commence â la maison. Plusieurs hommes d’affaires exportent leur meilleur produit. Le chrétien non. Sa conversation doit avoir partout la meilleure saveur mais que surtout il apporte â sa propre famille le fruit de la douceur spirituelle et le meilleur témoignage. Quand André vint trouver son frère, il imagina peu alors combien éminent allait devenir Simon Pierre. Aussi loin que nous puissions recueillir les histoires sacrées, Pierre a marqué l’histoire, André n’a été qu’un instrument. En conduisant quelqu’un â Jésus, vous pouvez être pauvre en talents vous-même, cependant vous pouvez être le moyen d’attirer â Christ quelqu’un qui deviendra un éminent homme en grâce et dans le service. Ah! Cher ami qui connaît les possibilités qui sont en toi? Tu peux dire seulement un mot â un enfant, et dans cet enfant peut sommeiller un coeur riche qui remuera l’Eglise Chrétienne dans les années â venir. André a trouvé Pierre. Vas et fais de même. 

Lecture du matin Spurgeon 19-02-2017

19 Février-Matin 

Ainsi parle le Seigneur, l’Eternel: Voici sur quoi je me laisserai fléchir par la maison d’Israël, voici ce que je ferai pour eux; {#Eze 36:37

La prière précède la miséricorde. Tournez vous vers l’histoire sacrée et vous découvrirez qu’il est rare qu’une grande grâce n’atteigne ce monde sans avoir été précédée par des supplications. Il en va de même dans votre expérience personnelle. Dieu vous a accordé bien des faveurs non sollicitées, mais il n’en demeure pas moins qu’une prière ardente a toujours été le prélude â une grande miséricorde â votre égard. Quand pour la première fois vous avez trouvé la paix par le Sang de la Croix, vous aviez beaucoup prié, suppliant Dieu d’ôter vos doutes, de vous délivrer de vos détresses. Votre certitude fut le fruit de votre prière. Chaque fois que vous avez connu les transports de joie, reconnaissez qu’ils furent des réponses â vos prières. Quand vous avez connu les grandes délivrances â de douloureux problèmes, que vous avez reçu des aides puissantes au sein de grands dangers, vous avez pu dire: "J’ai cherché le Seigneur, et Il m’a entendu et il m’a délivré de toutes mes frayeurs". La prière précède toujours la bénédiction comme si elle en était l’ombre. Quand le soleil des grâces de Dieu se lève pour illuminer vos besoins, il projette loin dans la plaine l’ombre de la prière. Ou, pour utiliser une autre image, lorsque Dieu entasse une colline de bienfaits, il luit derrière elle et projette sur nos esprits l’ombre de la prière. Si nous sommes consacrés â la prière, nous aurons alors l’assurance que nos intercessions sont les ombres de la miséricorde. Si la prière est tellement liée â la bénédiction, c’est pour nous en montrer la valeur. Si nous obtenions les bénédictions sans les avoir demandées, nous les regarderions comme des objets sans valeur. La prière, au contraire, les rend plus précieuses que le diamant. Les choses que nous demandons sont précieuses, mais nous n’en réalisons la valeur qu’après les avoir diligemment cherchées. 

La prière dissipe les nuages noirs;
La prière nous fait grimper l’échelle de Jacob;
Elle donne vigueur â la foi et â l’amour;
Elle apporte toute la bénédiction d’en haut.

#Nu 14:1-15:41 * Lecture Biblique Quotidienne 

samedi 18 février 2017

Lecture du soir Spurgeon 18-02-2017

18 Février-Soir 

Je me lèverai, j’irai vers mon père, et je lui dirai: Mon père, j’ai péché contre le ciel et contre toi,  {#Lu 15:18

Il est tout â fait certain que ceux dont Christ a lavé le péché dans son précieux sang n’ont pas besoin de confesser leur péché, comme des coupables ou des criminels devant Dieu le juge, car Christ a pour toujours ôté tous leurs péchés dans le sens légal, ainsi ils ne demeurent plus lâ où ils peuvent être condamnés mais sont une fois pour toutes acceptés dans le Bien-Aimé; mais étant devenus enfants, et offensant tels des enfants, ne devraient-ils pas chaque jour venir devant leur Père Céleste et confesser leur péché, et reconnaître leur iniquité de ce genre? La nature enseigne qu’il est du devoir des enfants errants de faire ce genre de confession â leur père terrestre, et la grâce de Dieu dans notre coeur nous enseigne que nous, chrétiens, avons le même devoir envers notre Père Céleste. Quotidiennement nous l’offensons et nous ne devrions pas demeurer sans le pardon quotidien. Car supposons que mes transgressions contre mon Père ne lui soient pas tout de suite portées pour être lavées par la puissance de purification du Seigneur Jésus, quelle en sera la conséquence? Si je n’ai pas cherché le pardon et été lavé de ces offenses contre mon Père, je me sentirai éloigné de Lui, j’aurai peur de Le prier, je deviendrai comme le fils prodigue, qui, quoiqu’encore un enfant, était bien loin de son père. Mais si, avec la douleur de l’enfant ayant offensé un parent si gracieux et aimant, je vais â Lui et lui dit tout, et ne me repose pas jusqu’â ce que je réalise que je suis pardonné, alors j’éprouverai le sentiment d’un amour saint pour mon Père et je traverserai ma carrière chrétienne, non seulement comme sauvé, mais comme quelqu’un qui se réjouit dans la présence et la paix en Dieu â travers Jésus-Christ mon Sauveur. Il y a une large distinction entre confesser son péché, en tant que coupable, et confesser son péché en tant qu’enfant. Le Sein du Père est l’endroit pour les confessions de pénitences. Nous avons été lavés de la souillure de notre marche quotidienne d’enfant de Dieu. 

Lecture du matin Spurgeon 18-02-2017

18 Février -Matin 

Fais-moi savoir pourquoi tu me prends â partie !{#Job 10:2

Ame éprouvée, peut-être le Seigneur fait-il cela pour développer tes vertus. Certaines d’entre elles ne seraient jamais mises en évidence sans épreuve. Ne sais-tu pas que ta foi brille davantage au sein de la rigueur de l’hiver plutôt qu’en celui de la douceur de l’été? Trop souvent l’amour ressemble au vert luisant qui ne donne toute sa lumière qu’au sein de l’obscurité. L’espoir lui-même ressemble â une étoile qui ne peut être vue au soleil de la prospérité mais dans la nuit de l’adversité. Les afflictions sont souvent les feuilles noires sur lesquelles Dieu place les joyaux des grâces de ses enfants afin de les faire briller d’autant mieux. Il y a très peu de temps, tu disais â genoux: "Seigneur, j’ai bien peur de ne pas avoir de foi; fais moi savoir que j’ai de la foi". Cette prière n’était-elle pas, inconsciemment peut-être, un appel â l’épreuve? Car comment savoir si tu as de la foi â moins que celle-ci ne soit mise â l’épreuve? Et c’est ainsi que Dieu nous envoie des épreuves pour que nos vertus soient manifestées, reconnues. De plus, et ce n’est pas vraiment une découverte, une réelle assurance dans la grâce est le résultat d’épreuves sanctifiées. Dieu nous ôte nos aises et privilèges pour faire de nous de meilleurs chrétiens. Il entraîne ses soldats, non dans des tentes confortables, mais en les rassemblant pour des marches forcées et un service difficile. Il les fait passer â gué, traverser des rivières â la nage, escalader des montagnes, faire de longues marches avec un sac â dos chargé de douleur. Chrétien, ceci n’explique-t-il pas les difficultés que tu traverses ? Le Seigneur n’est-il pas en train de manifester tes vertus, de les faire croître? N’est-ce pas la raison pour laquelle il conteste avec toi? 

Les épreuves rendent douce la promesse;
Les épreuves vivifient la prière;
Les épreuves m’amènent â Ses pieds,
Où je veux être déposé pour y rester.

#Nu 12:1-13:33 * Lecture Biblique Quotidienne 

vendredi 17 février 2017

Lecture du soir Spurgeon 17-02-2017

17 Février-Soir 

Parce que tu as dit: Les deux nations, les deux pays seront â moi, Et nous en prendrons possession, Quand même l’Eternel était lâ. {#Eze 35:10

Les princes d’Edom virent toute la contrée laissée â la désolation, et y escomptaient une conquête facile, mais il y avait une grande difficulté sur leur chemin, tout â fait inconnue pour eux: "L’Eternel était lâ"; et Sa Présence place une sécurité spéciale sur la terre choisie. Quelques puissent être les machinations et les stratagèmes des ennemis du peuple de Dieu, il y a encore la même barrière effective pour barrer leur plan. Les Saints sont l’Héritage de Dieu et il est au milieu d’eux, et protégera son bien. Quelle consolation cette assurance produit en nous dans les jours de trouble et de conflits spirituels! Nous sommes constamment exposés, et toujours préservés! Combien de fois Satan tire ses flèches contre notre foi, mais notre foi défie la puissance des flèches pernicieuses de l’enfer; elles ne sont pas seulement détournées; mais elles sont éteintes sur le bouclier, car "Le Seigneur est lâ". Nos bonnes oeuvres sont l’objet des attaques de Satan. Un Saint a-t-il quelque vertu ou grâce qui ne serait pas un but pour les boulets de l’enfer? Que ce soit une espérance lumineuse ou un amour chaud et fervent, ou une patience â tout endurer, ou le feu du zèle comme un charbon en feu, le vieil ennemi de tout ce qui est bon a essayé de le détruire. La seule raison valable pour qu’une quelconque vertu ou que la charité demeure en nous est ceci: Le Seigneur est lâ.  Si le Seigneur est avec nous dans notre vie, nous n’avons pas besoin de craindre la mort de notre confiance; Car lorsque nous sommes devant la mort, nous trouverons que "l’Eternel est lâ"; lâ où les vagues sont les plus tumultueuses, et l’eau la plus froide, nous ressentirons le fond, et saurons que c’est bon; nos pieds tiendront sur le rocher des âges, tandis que le temps passe. Bien aimés, depuis le premier pas de notre vie chrétienne jusqu’au dernier, la seule raison qui fait que le pèlerin ne périt pas est:"Le Seigneur est lâ". Quand le Dieu de l’Amour Eternel changera et abandonnera ses élus au péril, alors l’Eglise de Dieu pourra être détruite; mais pas avant, parce qu’il est écrit: JEHOVAH SHAMMAH, "L’Eternel est lâ", Dieu a entendu. 

Lecture du matin Spurgeon 17-02-2017

17 Février -Matin 

Isaac habitait près du puits de Lachaï-Roï {#Ge 25:11

Agar y avait un jour trouvé la délivrance et Ismaël avait bu de l’eau donnée en grâce par le Dieu qui vit et voit les fils des hommes. Mais ce ne fut qu’une visite occasionnelle, comme celle que les gens du monde rendent â Dieu quand ça les arrange parce qu’ils sont dans le besoin. Ils crient â Lui quand ça va mal mais l’oublient dans les jours prospères. Isaac, lui, "habitait" lâ. Il faisait du Dieu vivant qui voit tout, la source constante de son approvisionnement. La substance habituelle de la vie d’un homme, "l’habitation" de son âme, voilâ ce qui donne la vraie mesure de son état. Peut-être l’esprit d’Isaac avait-il été frappé par la visitation particulière vécue par Sara et cela l’avait conduit â vénérer le lieu. Mais par dessus tout, il avait choisi d’habiter ce lieu sanctifié parce qu’il y jouissait de la communion avec le Dieu vivant. Apprenons â vivre dans la présence du Dieu vivant. Prions le Saint-Esprit afin que chaque jour nous éprouvions le regard de Dieu sur nous. Puisse le Seigneur Dieu être un puits jaillissant pour nous en vie éternelle, un puits qui sans jamais faillir nous apporte délices et réconfort. Le vase de la créature se fissure et se dessèche, mais le puits du Créateur ne fait jamais défaut. Heureux celui qui habite près de ce puits et possède â sa porte des ressources constantes et abondantes. Le Seigneur a été une aide sûre pour les autres: Son nom est Shaddaï, Dieu tout suffisant. Nos coeurs ont souvent vécu une relation merveilleuse avec Lui. En Lui notre âme a trouvé son glorieux mari, le Seigneur Jésus. En Lui nous vivons aujourd’hui et notre être se meut. Vivons donc dans une communion plus proche avec Lui. Seigneur glorieux, presse nous de ne jamais te quitter, mais de demeurer auprès du puits du Dieu vivant. 

#Nu 10:1-11:35 * Lecture Biblique Quotidienne 

jeudi 16 février 2017

Lecture du soir Spurgeon 16-02-2017

16 Février-Soir 

Tu leur donnas ton bon esprit pour les rendre sages {#Ne 9:20

Commun, très commun est le péché d’oublier le Saint Esprit. Ceci est de la folie et de l’ingratitude. Il mérite bien notre attention car il est bon, suprêmement bon. Comme Dieu, il est essentiellement bon. Il partage les trois volets du titre Saint, Saint, Saint, qui monte vers le trône de l’Eternel. Pureté sans mélange, vérité et grâce, il est bon et bienveillant, supportant tendrement nos caprices, supportant nos volontés rebelles; nous vivifiant de la mort de notre péché, et puis nous entraînant vers les Cieux comme une tendre mère pour son enfant. Combien de générosité, de pardon, et de tendresse dans Son Esprit patient de Dieu. Il est bon avec efficacité, et toutes ses oeuvres sont bonnes au plus haut degré. Il suggère de bonnes pensées, de bonnes actions rapides, révèle de bonnes vérités, applique de bonnes promesses, aide â atteindre de bons buts. Et il conduit â de bons résultats. Il n’y a aucune bonne chose spirituelle dans le monde dont Il ne serait l’Auteur et le support. Le ciel lui-même devra le parfait caractère de ses habitants rachetés â Son Oeuvre. Il est officiellement bon, que ce soit comme consolateur, instructeur, guide, Celui qui sanctifie, Celui qui vivifie, ou intercesseur, qui remplit bien son Ministère, et dont chaque oeuvre est profitable â l’Eglise de Dieu. Ceux qui cèdent â ses influences deviennent bons. Ceux qui obéissent â ses impulsions font le bien, ceux qui vivent sous sa puissance reçoivent du bien. Agissons alors dans ce sens si bon, selon ses ordonnances, avec gratitude.  Révérons sa personne, et adorons-le comme Dieu au dessus de tout, comme Béni éternellement; approprions-nous sa puissance, et nos besoins de Lui, nous attendant â Lui pour toutes nos Saintes entreprises. Cherchons heure par heure Son aide, et ne l’attristons jamais. Célébrons Sa louange en toute occasion.  L’Eglise ne prospérera pas si elle ne croit pas au Saint-Esprit. Il est si bon et si bienveillant, qu’il serait dommage qu’il puisse être attristé par nos légèretés et nos négligences. 

Lecture du matin Spurgeon 16-02-2017

16 Février-Matin 

J’ai appris â être content de l’état où je me trouve. {#Php 4:11

Ces paroles nous montrent que l’homme n’est pas naturellement enclin â être satisfait. "Les mauvaises herbes poussent vite". La convoitise, le mécontentement et les murmures sont â l’homme ce que les épines sont â la terre. Inutile de semer des chardons et des ronces qui trouvent dans la terre un élément tellement propice qu’ils se développent facilement. De la même façon, il est inutile d’enseigner aux hommes â se plaindre; ils le font si bien de manière spontanée! Mais les choses précieuses de la terre doivent être cultivées. Voulons-nous du blé? Il nous faut labourer et semer. Voulons-nous des fleurs? Et le jardinier de cultiver son jardin. Eh bien le contentement est une fleur céleste qu’il nous faut cultiver pour en avoir. Il ne poussera pas en nous naturellement. Seule la nouvelle nature peut l’engendrer et alors avec quel soin et quelle vigilance il nous faut cultiver la grâce que Dieu a semée en nous. Paul dit:"J’ai appris â être content" ce qui indique que tel ne fut pas toujours le cas. Parvenir au mystère de cette grande vérité lui a valu des souffrances. Sans doute lui est-il arrivé de croire avoir appris et puis...  la chute! Et quand il a enfin pu dire la vérité "j’ai appris â être content en moi-même dans les circonstances où je me trouve", c’était un vieillard aux cheveux blancs, un pauvre prisonnier dans un cachot de Néron â Rome où il avait déjâ un pied dans la tombe. Nous pourrions bien accepter d’endurer les infirmités de Paul et de partager son cachot si en quelque manière cela nous conduisait â sa stature. Ne nous laissons pas aller â l’idée que nous pouvons nous contenter d’acquérir des connaissances ou encore que nous pouvons apprendre sans discipline. Il ne s’agit pas d’une puissance qui peut s’exercer naturellement, mais d’une science â acquérir graduellement. Nous savons cela par expérience. Frère, fais taire ces murmures tellement naturels et applique toi â être un élève modèle â l’école du contentement. 

#Nu 8:1-9:23 * Lecture Biblique Quotidienne 

mercredi 15 février 2017

Lecture du soir Spurgeon 15-02-2017

15 Février-Soir 

C’est pourquoi, ô Dieu, ton Dieu t’a oint d’une huile de joie, par privilège sur tes collègues. {#Ps 45:8

Que sont donc les privilégiés qui peuvent ainsi contenter le Sauveur? Son Eglise, son peuple. Mais est-ce possible? Il nous contente, mais comment pouvons-nous le contenter? Par notre amour. Nous pouvons penser que notre amour est froid, si faible; etc... Bien sûr nous devons tristement confesser qu’il est souvent ainsi, mais notre amour est très doux â Christ. Tout son éloge de cet amour se trouve dans le cantique d’or: Combien est doux ton amour, ma soeur, mon épouse! Combien meilleur que le vin est ton amour! Regarde coeur aimant, comme il se réjouit en toi. Quand tu penches ta tête sur son sein, non seulement tu reçois, mais tu lui procures la joie. Quand tu portes ton regard avec amour sur sa face toute glorieuse, non seulement tu obtiens du réconfort, mais tu communiques la réjouissance. Notre louange aussi lui donne la joie, pas seulement le fruit de nos lèvres, mais la mélodie d’une profonde gratitude de coeur. Nos dons aussi lui sont agréables; il aime nous voir déposer notre temps, nos talents, notre substance sur l’autel, non pour leur propres valeurs mais â cause de la motivation d’où le don jaillit. Pour lui, l’humble offrande de ses saints est plus acceptable que les fortunes d’or et d’argent. La sainteté est comme l’encens et la myrrhe pour lui. Pardonne ton ennemi et tu contenteras Christ. Distribue tes biens aux pauvres et il se réjouit; sois un instrument de salut pour les âmes, et tu lui donnes de voir le travail de son âme. Annonce l’évangile et tu seras d’une douce saveur pour lui. Va parmi les ignorants et lève la croix. Tu l’auras honoré. Il est de ton pouvoir, même maintenant de briser le vase d’albâtre, et de verser la précieuse huile de joie sur sa tête, comme le fit la femme d’autrefois, et dont l’action a été perpétuée partout où l’évangile a été annoncé. Resteras-tu en arrière maintenant?  Ne parfumeras-tu pas ton bien-aimé Seigneur avec la myrrhe et l’aloès, et la casse de la louange de ton coeur? Oui, vous palais d’ivoire, vous entendrez les chants des saints. 

Lecture du matin Spurgeon 15-02-2017

15 Février-Matin 

A lui soit la gloire, maintenant et pour l’éternité. Amen {#2Pe 3:10

Le ciel sera rempli d’incessantes louanges de Jésus. Eternité! Tes années innombrables défileront leurs courses éternelles, mais, pour l’éternité et â jamais, â lui soit la gloire. N’est-il pas un souverain sacrificateur pour toujours selon l’ordre de Melchisédek? A lui soit la gloire. N’est-il pas Roi pour toujours? Roi des rois et Seigneur des seigneurs; le Père Eternel?  A lui soit la gloire â jamais. Jamais ne cesseront les louanges. Celui qui est acheté avec du sang mérite de demeurer le temps de l’immortalité. La gloire de la Croix ne doit jamais être éclipsée, l’éclat de la tombe et de la résurrection ne doit jamais être terni. O Jésus, tu seras loué pour toujours.  Aussi longtemps que les esprits immortels vivent, aussi longtemps que le trône du Père demeure, â jamais, â toi soit la gloire. Croyant, tu es en train d’anticiper le temps où tu te joindras aux saints d’en haut en imputant toute la gloire â Jésus; mais es-tu en train de le glorifier maintenant? Les paroles des apôtres sont: A lui soit la gloire "maintenant et pour toujours". Ne veux-tu pas en ce jour en faire ta prière? Seigneur aide-moi â te glorifier.  Je suis pauvre, aide-moi â te glorifier par le contentement. Je suis malade, aide-moi â t’honorer par la patience. J’ai des talents, aide-moi â t’exalter en les dépensant pour toi. J’ai du temps aide-moi â le racheter afin que je te serve. J’ai un coeur pour ressentir; Seigneur fais que seul ton amour soit mon sentiment et ne me fais briller que de la flamme d’affection pour toi. J’ai une tête pour penser; Seigneur aide-moi â ne penser qu’â toi et pour toi. Tu m’as mis dans ce monde pour quelque chose Seigneur. Montre-moi cette "chose" et aide-moi â exprimer le dessein de ma vie. Je ne peux pas faire beaucoup, mais comme la veuve qui mît ses deux petites pièces, ce qui était tout ce qu’elle avait pour vivre, ainsi Seigneur, je jette mon temps et mon éternité aussi dans le trésor; je suis tout â toi, prends moi, qualifie-moi pour te glorifier maintenant dans tout ce que je dis, dans tout ce que je fais, et avec tout ce que j’ai. 

#Nu 7:1-7:89 * Lecture Biblique quotidienne 

mardi 14 février 2017

Lecture du soir Spurgeon 14-02-2017

14 Février-Soir 

Elle fut guérie immédiatement {#Lu 8:47

Un des plus touchants et des plus riches enseignements des miracles du Sauveur est devant nous ce soir. La femme était très ignorante. Elle s’imaginait que la vertu sortait de Christ par la loi de la nécessité, sans sa connaissance et sans sa propre volonté. De plus, elle ignorait le caractère généreux de Jésus. Elle est allée derrière lui pour dérober la guérison qu’il était tout disposé â lui accorder. La misère devrait se situer elle-même toujours face â la miséricorde. Si elle avait connu l’amour de Jésus elle aurait pensé qu’il lui suffisait de se placer sous son regard et que sa volonté omnisciente lui aurait révélé son état. Son amour l’aurait immédiatement guérie. Nous admirons sa foi et nous nous émerveillons de son ignorance. Après qu’elle eut obtenu la guérison, elle se réjouit avec tremblement, contente de ce que la vertu divine ait produit en elle cette merveille; mais elle craignait que Christ ne retire sa bénédiction et ne réponde par la négative â sa grâce, elle comprenait mal la plénitude de son amour! Nous n’avons pas une vision aussi claire de lui que nous le voudrions. Nous ignorons la hauteur et la profondeur de son amour, mais nous avons l’assurance qu’il est trop bon pour retirer d’une âme tremblante le don qu’elle a été capable d’obtenir. Mais en voici la merveille: petite comme était sa connaissance, sa foi, qui était réelle, la sauva tout de suite. Il n’y eut pas de longs délais. Le miracle de sa foi a été instantané. Si nous avons la foi comme un grain de sénevé, le salut est présent et nous l’avons éternellement. Si parmi les enfants du Seigneur nous sommes comptés comme étant les plus faibles de la famille, encore héritiers â travers la foi, aucune puissance humaine ou diabolique ne peut nous arracher du salut. Si nous osons pencher nos têtes sur son sein avec Jean, ou encore si nous nous aventurons â le presser par derrière et toucher le bord de son vêtement, nous sommes entièrement guéris. Courage O! timide! Ta foi ta sauvé, va en paix. Etant justifié par la foi nous avons la paix avec Dieu. 

Lecture du matin Spurgeon 14-02-2017

14 Février  -Matin 

Et son allocation était une perpétuelle allocation qui lui était donnée par le Roi, un entretien quotidien pour chaque jour, tous les jours de sa vie. {#2Ki 25:30

Jojakin n’était pas renvoyé du palais royal avec une grange pouvant le faire subsister plusieurs mois, mais sa provision lui était assurée comme une pension quotidienne. D’où il comprit bien la joyeuse position de tout le peuple du Seigneur. Une portion quotidienne "c’est tout ce qu’un homme peut réellement désirer; avoir besoin". Nous n’avons pas besoin des réserves de demain, car le soleil ne s’est pas encore levé dessus, et ses besoins ne sont pas encore nés. La soif que nous aurons â souffrir au mois de juin n’a pas besoin d’être étanchée en février, car nous ne l’éprouvons pas encore; si nous avons assez pour chaque jour comme les jours â venir, nous ne connaîtrons jamais de besoin. Le suffisant pour le quotidien est "tout ce dont nous pouvons jouir". Nous ne pouvons manger, ou boire, ou nous vêtir plus que la fourniture quotidienne de nourriture et de vêtement; le surplus nous oblige â prendre soin de le mettre â l’abri, et l’anxiété de veiller contre le voleur. Une canne peut aider le voyageur mais un fagot de cannes devient un fardeau. Assez n’est pas seulement aussi bon qu’un festin mais c’est tout ce dont le plus grand glouton peut réellement jouir. C’est tout ce que nous pourrions nous attendre â recevoir. Un désir impérieux pour plus que ceci c’est de l’ingratitude. Quand notre Père ne nous donne pas plus, nous devrions être contents de son allocation quotidienne. Le cas de Jojakin est le nôtre, nous avons une part certaine, une part qui nous est donnée par le ROI, une gracieuse part, "une part perpétuelle". Voici un sujet d’actions de grâces. Bien-aimé lecteur chrétien, en matière de grâce, tu as besoin d’un "approvisionnement quotidien". Tu n’as pas un hangar de réserve de force. Jour après jour tu dois chercher le secours d’en haut. C’est une douce assurance de réaliser qu’une part quotidienne est prévue pour toi. Dans la Parole, â travers le ministère, par la méditation, dans la prière en t’attendant â Dieu, tu recevras une force nouvelle. Tu as tout pleinement en Jésus. Alors, jouis de ta perpétuelle allocation. Ne marche pas en ayant faim tandis que le pain quotidien de la Grâce est sur la table de la miséricorde. 

#Nu 5:1-6:27 * Lecture Biblique quotidienne 

lundi 13 février 2017

Lecture du soir Spurgeon 13-02-2017

13 Février-Soir 

Il n’y a maintenant plus de condamnation {#Ro 8:1

Viens mon âme et réfléchis â ceci:Croyant en Jésus, tu es actuellement et effectivement déclarée non coupable; tu es conduite hors de ta prison. Tu n’as plus de fers aux pieds comme une esclave enchaînée; tu es délivrée maintenant des liens de la loi; tu es libre du péché, et tu peux marcher au large. Comme un homme libre, le Sang du Sauveur t’a entièrement déchargé de ta dette. Tu as le droit maintenant de t’approcher du trône de Ton Père. Aucune flamme de vengeance ne peut t’effrayer maintenant. Il n’y a plus d’épée flamboyante car la justice ne peut frapper un innocent. Tes incapacités ont été enlevées. Tu étais autrefois incapable de voir la face de Ton Père mais tu peux la voir maintenant. Tu ne pouvais pas lui parler mais maintenant tu peux le faire avec assurance. Jadis il y avait la crainte de l’enfer pour toi mais plus aujourd’hui car comment y aurait-il un châtiment pour les non coupables? Celui qui croit ne vient point â la condamnation et il ne peut être puni. Et plus que tout, les privilèges dont tu pouvais avoir joui comme si tu n’avais jamais péché sont tiens, maintenant que tu es justifié! Toutes les bénédictions dont tu aurais pu bénéficier si tu avais gardé la loi, et plus, sont tiennes maintenant, parce que Christ les a gardées pour toi. Tout l’amour et l’acceptation de la parfaite obéissance peuvent être obtenus maintenant parce que Christ était parfaitement obéissant â cause de toi et t’a imputé cette obéissance et ses mérites, afin que tu puisses être excessivement riche en Lui, qui, â cause de toi, s’est fait extrêmement pauvre. Oh! Comme elle est grande la dette d’amour et de reconnaissance que tu dois â ton Sauveur ! 

C’est si bon d’être accepté par toi,
Dirigé â chaque pas,
C’est si bon d’être accepté par toi,
C’est si bon parce que tu me comprends.

Lecture du matin Spurgeon 13-02-2017

13 Février-Matin 

Voyez quel amour le Père nous a témoigné, pour que nous soyons appelés Fils de Dieu! Et nous le sommes.  Si le monde ne nous connaît pas, c’est qu’il ne l’a pas connu. Bien-aimés,  nous sommes maintenant enfants de Dieu. {#1Jo 3:1-2

Voyez quel amour le Père nous a témoigné, considérez qui nous étions et ce que nous ressentons en nous-mêmes, même maintenant quand la corruption est puissante en nous, et vous serez émerveillés en pensant â l’adoption. Pourtant nous sommes appelés "fils de Dieu". Quel degré de parenté élevé que celui d’être fils et quel privilège cela nous apporte! Quel soin et tendresse le fils s’attend â recevoir de son Père et quel amour le Père ressent â l’égard de son fils! Et tout cela nous l’avons au travers de Christ. Quant â la souffrance que nous pouvons en retirer, nous l’acceptons comme un honneur; pourtant le monde ne nous connaît pas, parce qu’il ne l’a pas connu. Nous sommes satisfaits d’être inconnus avec lui. Bien-aimés nous sommes maintenant fils de Dieu. Ca c’est facile â dire, mais ce n’est pas facile â ressentir. Comment ton coeur l’éprouve-t-il ce matin? Es-tu dans les plus profondes afflictions? La corruption apparaît-elle dans ton esprit? La grâce te semble-t-elle une pauvre étincelle foulée aux pieds? Ta foi est-elle au plus bas? Ne crains pas. Ce n’est pas sur tes grâces ni sur tes sentiments que tu dois reposer ta vie. Tu dois simplement vivre par la foi en Christ. Avec toutes ces choses contre nous, bien au coeur de nos profondes tribulations, où que nous soyons "maintenant", hommes, nous sommes des fils de Dieu. "Oui mais" dis-tu, vois comme je suis revêtu, mes grâces n’ont pas d’éclat, ma droiture n’est pas évidente et ne brille pas de gloire, mais lis ce qui suit:"Ce que nous serons n’apparaît pas encore, mais nous savons cela; "quand il apparaîtra nous serons comme lui!" Le Saint-Esprit purifiera nos esprits, et la puissance divine rendra parfait notre corps, alors ce sera le moment où "nous le voyons tel qu’il est". 

#Nu 3:1-4:49 * Lecture Biblique quotidienne 

dimanche 12 février 2017

Lecture du soir Spurgeon 12-02-2017

12 Février-Soir 

Il vous donnera un autre consolateur, afin qu’il demeure éternellement avec vous. {#Joh 14:16

Le très élevé Père s’est révélé lui-même aux croyants de l’ancienne alliance avant la venue de Son Fils, et était connu d’Abraham, d’Isaac et de Jacob comme étant le Dieu tout puissant. Ensuite Jésus vint, et le fils éternellement béni en sa propre personne, faisant le délice des yeux de son peuple. Au temps de l’ascension du rédempteur, le Saint Esprit devint la tête de la présente dispensation et sa puissance était glorieusement manifestée pendant et après la Pentecôte. Il demeure â cette heure, le présent Emmanuel, Dieu avec nous, demeurant dans son peuple et avec son peuple, le ranimant, le guidant, l’instruisant au milieu de lui. Sa présence est-elle reconnue comme elle devrait l’être? Nous ne pouvons pas comprendre son oeuvre; il est suprêmement souverain dans toutes ses actions, mais sommes-nous assez attentifs pour obtenir son secours, ou assez vigilants de peur de le provoquer â retirer sa main secourable? Sans lui nous ne pouvons rien faire, mais les plus extraordinaires résultats peuvent être produits par sa toute puissante énergie. Toute chose dépend de sa manifestation ou de l’annulation de sa puissance. Regardons-nous toujours â Lui, et pour notre vie intérieure, et pour notre service extérieur avec la dépendance respectueuse que nous Lui devons? Ne courrons-nous pas bien souvent avant qu’il ne nous appelle en agissant indépendamment de son secours? Humilions-nous nous mêmes ce soir pour la négligence passée, et maintenant nous supplions la rosée du Ciel de rester sur nous, l’huile sacrée de nous oindre, la flamme Céleste de brûler en nous. Le Saint Esprit n’est pas un don temporaire, il demeure avec les saints. Nous n’avons qu’â le rechercher correctement, et il se laissera trouver par nous. Il est jaloux, mais il est plein de pitié; s’il se retire en colère il revient plein de miséricorde. Condescendant et tendre, il ne se lasse pas de nous, mais il patiente avec une grâce paisible. 

Viens, Esprit créateur,
Que rayonne en nous ta beauté
Esprit de grâce et de lumière
Amour sans fin, embrase-nous.

Lecture du matin Spurgeon 12-02-2017

12 Février-Matin 

Car de même que les souffrances de Christ abondent en nous,  ainsi la consolation abonde par Christ. {#2Co 1:15

Il y a une bénédiction proportionnelle. Le législateur de la providence porte un instrument de mesure qui est double. D’un côté il met l’épreuve de son peuple, et de l’autre côté il met leurs consolations. Quand l’échelle de l’épreuve est presque vide, vous trouverez toujours l’échelle de la consolation dans les mêmes proportions; et quand l’échelle des épreuves est pleine, vous trouverez l’échelle de la consolation tout aussi pleine. Quand les nuages noirs s’amassent le plus, la lumière nous est révélée avec plus d’éclat.  Quand la nuit descend  et que la tempête approche, le céleste capitaine est toujours le plus près de son équipage. C’est une "chose bénie" que lorsque nous sommes le plus jetés â terre, c’est alors que nous sommes le plus relevés par les consolations de l’Esprit. Une raison en est que les tribulations font plus de place pour la consolation. De grands coeurs ne peuvent être forgés que par de grandes tribulations. La bêche de la tribulation creuse plus profondément le réservoir du réconfort et fait plus de place pour la grâce. Plus un homme demeure humble, plus de réconfort il aura parce qu’il sera équipé pour le recevoir. Une autre raison pour que nous soyons plus joyeux dans nos épreuves réside en ceci:"Alors nous avons une relation plus intime avec Dieu". Quand la grange est pleine l’homme peut vivre sans Dieu:Quand la bourse est en train d’éclater, pleine d’or, nous oublions souvent nos prières. Mais une fois que nous avons perdu nos gourdes et que nous désirons notre Dieu; une fois que nous avons purifié la maison des idoles, alors nous sommes contraints d’honorer l’Eternel. "Du fond de l’abîme j’ai crié â toi, O seigneur. Il n’y a pas de cri plus beau que celui qui monte du bas de la montagne. Pas de demi prière qui ne monte du fond de l’âme â travers de profondes épreuves et les afflictions. Ainsi elles nous conduisent â Dieu et nous sommes plus joyeux; car la proximité de Dieu c’est la joie. Viens !  Croyant troublé, ne t’agite pas sous le poids de tes tribulations, car elles appellent le contre-poids des compassions. 

#Nu 1:1-2:34 * Lecture Biblique quotidienne 

samedi 11 février 2017

Lecture du soir Spurgeon 11-02-2017

11 Février-Soir 

Tu as abandonné ton premier amour. {#Re 2:4

Le meilleur et le plus lumineux instant de nos vies que nous ayons en mémoire, c’est quand, pour la première fois, nous avons vu le Seigneur, que nous avons déposé notre fardeau, reçu le rouleau de la promesse, et que nous nous sommes réjouis pleinement dans le salut, et que nous avons marché en paix sur notre chemin. C’était le printemps de notre âme; l’hiver était passé; les murmures des tonnerres du Sinaï furent réduits au silence; les éclats de ses éclairs disparurent du Ciel; Dieu était perçu comme réconcilié; la loi ne proféra plus de menace de vengeance, la justice ne réclamait plus de châtiment. Alors les fleurs apparurent dans notre coeur; l’espérance, l’amour, la paix et la patience jaillirent du gazon: l’hyacinthe de la repentance, les flocons neigeux de la pure sainteté, les crocus de la foi d’or, la jonquille du premier amour, le tout contenu dans le jardin de notre âme. Le temps pour les oiseaux de chanter était arrivé, et nous nous sommes réjouis en actions de grâce; nous avons glorifié le saint nom de notre Dieu de pardon, et notre résolution a été: Seigneur, je suis tien, entièrement tien; tout ce que je suis, tout ce que j’ai, je te le consacrerai. Tu m’as acheté avec ton sang; laisse-moi me donner moi même et me dépenser â ton service.  Dans la vie et dans la mort je me consacre â toi. Comment avons nous gardé cette résolution?  Notre amour d’époux ou d’épouse, qui brûla d’une sainte flamme de dévotion pour Jésus est-il le même maintenant? Jésus ne pourrait-il pas bien nous dire aujourd’hui "j’ai quelque chose contre toi, parce que tu as abandonné ton premier amour" ? Hélas nous n’avons fait que très peu pour la gloire de notre maître. Notre hiver a duré trop longtemps. Nous sommes froids comme la glace quand nous devrions être bouillants comme la chaleur de l’été, et voir pousser des boutons de fleurs sacrées. Nous donnons â Dieu une pièce percée quand il mérite des Louis d’or. Non. Nos coeurs méritent-ils le sang pour servir des pièces sans valeur dans le service de Son église et pour Sa vérité ? Mais continuerons nous ainsi ? O Seigneur, après que tu nous aies si richement bénis, serons-nous ingrats et deviendrons-nous indifférents pour ta cause et ton oeuvre ? O ranime-nous pour que nous puissions retourner â notre premier amour, et accomplir les premières oeuvres! Envoie sur nous un doux printemps, O soleil de justice. 

Lecture du matin Spurgeon 11-02-2017

11 Février-Matin 

Et ils les reconnurent pour avoir été avec Jésus {#Ac 4:13

Un chrétien devrait être une ressemblance frappante de Jésus-Christ. Vous avez lu des livres sur la vie de Jésus-Christ écrits avec délicatesse et éloquence d’expression; mais la meilleure biographie de Christ est sa biographie vivante écrite sans parole mais avec action par son peuple. Si nous étions ce que nous professons et ce que nous devrions être, nous devrions être des images de Christ. Oui, des ressemblances frappantes de Lui; le monde ne devrait pas avoir â dire de nous, en nous tenant avec Lui une heure durant: "il semble être quelque chose de vaguement ressemblant"; mais qui devrait plutôt dire, en nous rencontrant: "Il a été avec Jésus!" Il a été enseigné par Lui, il est comme Lui, il a saisi la véritable notion de l’homme saint de Nazareth, et il le montre dans sa vie et par ses actions de tous les jours. Un chrétien devrait être comme Christ quant â sa hardiesse. Ne rougissez jamais de votre religion, votre profession ne vous déshonorera jamais, prenez garde de ne pas déshonorer le fait de dire que vous "êtes comme Jésus". Soyez vaillant pour votre Dieu. Imitez-le dans votre amour selon l’Esprit, pensez aimablement, parlez aimablement, agissez aimablement, pour que les hommes puissent dire de vous: "Il a été avec Jésus".  Imitez Jésus dans sa sainteté; était-il zélé pour son Maître?  Soyez zélé. Faites toujours ce qui est bien; ne gaspillez pas le temps qui est si précieux. Se renierait-il lui-même, ne cherchant jamais son intérêt? Faites de même. Etait-il dévot? Soyez fervent dans vos prières. Avait-il de la déférence pour la Volonté de Son Père?  Soyez-lui soumis de même. Etait-il patient? Soyez-le. L’endurance est le meilleur de tout, comme la plus belle image de Jésus; efforcez-vous de pardonner â vos ennemis comme il le fit et que les paroles sublimes du Maître: "Père, pardonne-leur car ils ne savent pas ce qu’ils font" sonnent toujours â vos oreilles.  Pardonnez comme vous espérez être pardonné. Amassez des charbons ardents sur la tête des vos ennemis par votre bonté envers eux. Rendez le bien pour le mal, vous verrez, c’est divin.  Vivez ainsi dans toutes vos voies et par tous les moyens, et que l’on puisse dire de vous: "Il a été avec Jésus". 

#Le 26:1-27:34 * Lecture Biblique quotidienne